mardi 26 juillet 2022

Emile et Yvonne Galy, un couple qui a marqué notre village !

 

L'inauguration du groupe scolaire en 1960: Yvonne et Émile Galy reçoivent de G à D Antoine Courrière sénateur de l'Aude, le préfet du département, Paul Ilhe maire de Rustiques et Georges Guille secrétaire d’État, originaire de Badens.

Les anciens rustiquois gardent des souvenirs pleins de reconnaissance envers leurs anciens instituteurs Émile et Yvonne Galy. Ceux-ci ont été nommés en poste double, dans notre village en 1945. M. Galy a occupé également les fonctions de secrétaire de mairie jusqu’en 1963, date à laquelle il laissait son poste d’enseignant pour devenir secrétaire du Conseil général de l’Aude.

 


Emile Galy a marqué de sa personnalité les 18 années qu’il a passées dans notre village, participant à toutes les grandes réalisations, il avait un contact humain extraordinaire, il était un guide, un conseiller plein de sagesse auprès duquel tout un chacun a pu trouver à quelque moment de sa vie aide et réconfort. Les municipalités ont bien profité de ses conseils et c’est grâce à lui et au maire Jacques Hudelle, que le village possède depuis 1960 un groupe scolaire magnifique et toujours au goût du jour.

Leurs enfants Georges et Gérard ont vécu leur enfance à Rustiques avant de s’orienter dans le commerce pour l’aîné alors que Gérard sera enseignant à Rieux Minervois.

Emile et Yvonne Galy avaient fait construire sous le préau existant un petit réfectoire afin que les écoliers qui venaient du domaine de Buadelles, puissent manger en hiver au chaud, et ce sont eux qui s’occupaient de leur réchauffer les gamelles à midi. Des enseignants exemplaires qui ne comptaient pas

1954

leur temps, quand il fallait rester le soir pour la préparation du Certificat d’études.

Les anciens élèves gardent d’agréables souvenirs d’eux ... les sorties du samedi après-midi dans les bois de Candèze, les journées à La Franqui veille des grandes vacances, les voyages de trois jours dans les Pyrénées, en Provence où à Monaco ...

Emile Galy était un homme de gauche, un grand socialiste qui avec son ami Georges Guille, s’est battu toute sa vie pour faire triompher ses idées.

Après le décès de sa première épouse en 1967, il épousera et coulera une retraite heureuse auprès de Fernande, maire de Luc-sur-Orbieu. Celle-ci l’entourera de soins et de beaucoup d’affection, avant qu’il ne soit emporté par la maladie. 

 

Quelques rustiquois se reconnaîtront

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La grande sècheresse de 1883

  Bien que le village soit construit sur une assez importante nappe phréatique (une quinzaine de puits sur le vieux village), l'eau a l...