lundi 15 juillet 2019

Deux ans de prison ferme pour avoir incendié deux caravanes

Article paru ce jour dans les journaux:

Deux ans de prison ferme avec maintien en détention, obligation de soins et d’un suivi socio-judiciaire ; le prévenu devra aussi payer1 000 € d’amende au titre des dommages-matériels et 500 € au titre des dommages économiques au gérant du camping de Rustiques. Il devra également payer 1500 € au titre des dégâts matériels et 500 € au titre des dommages de matériels d’animation au propriétaire des deux caravanes qu’il a incendiées.
Hier, lors de l’audience du tribunal, à Carcassonne, l’homme qui passait en comparution immédiate est donc ressorti comme il était venu : les menottes au poignets.
Incendie inexpliqué: un hangar à l'entrée du village
Les faits qui lui étaient reprochés se sont produits dans la nuit du 6 au 7 juillet dernier à Rustiques. Le gérant du camping s’aperçoit que deux caravanes sont la proie des flammes. Il comprend rapidement qu’il s’agit d’un acte criminel, constat confirmé par les caméras de vidéo-surveillance : elles montrent un homme venant du village, entrant dans le camping et qui en ressort quelques temps plus tard alors que deux caravanes se mettent à brûler. En visionnant les films le maire du village à la surprise de reconnaître l’un de ses employés municipaux, employé depuis quatre ans dans le cadre du remplacement d’un agent en arrêt (identification confirmée par un employé municipal qui lui a reconnu son collègue). L’incendiaire est alors appréhendé et entendu par les gendarmes. Hier il a tenté d’expliquer son geste non sans avoir dit qu’il regrettait ce qu’il avait commis : « je mets ça sur le compte de l’alcool. Je ne savais plus ce que je faisais. Je montais un porte-moto, j’avais besoin d’une roue de jockey (NDLR : roue avant de caravane, alors je suis allé au camping pour en chercher une. » qu’il a oublié en repartant… Le gérant du camping et le propriétaire des caravanes se sont portés parties civiles. Celui-ci a témoigné en larmes, déplorant la perte de 40 ans de souvenirs, de jeux pour enfants, de maquillages de clowns qu’il entreposait dans ces caravanes : « Moralement, les dommages sont incalculables », a t’il dit à la présidente. « Le pire c’est que parfois mes enfants dorment à l’intérieur quand ils viennent en vacances ici ».
Le procureur a requis deux ans ferme et obligation de soins faisant référence au rapport du psychiatre qui parle de pyromanie compulsive. L’avocate de la défense a rappelé que « le prévenu savait que les caravanes étaient vides sinon il n’aurait jamais mis le feu »
Trois autre incendies criminels inexpliqués en trois ans sur le village. Y a t'il un rapport avec cette affaire ? L'enquête le dira !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Premières images de la visite de la Cité

Invités par notre compatriote M. Varennes administrateur de la Cité de Carcassonne, les rustiquois ont passé samedi un agréable après-...