jeudi 23 juillet 2020

Guy Lacroux, une vie d'accordéoniste qui ne demande qu'à se prolonger !


Il était né pour ça ! Son père était déjà accordéoniste, mais n’avait pu faire la carrière qu’il souhaitait. C’est à l’âge de 12 ans au lycée de Carcassonne, qu’entraîné par un copain il va aller prendre ses premiers cours à l’école de musique municipale de René Cadrès, le chef d’orchestre reconnu dans les années 1950-60.
Mais René Cadrès, c’est surtout un spécialiste des cuivres, alors Guy va rapidement adhérer aux cours d’accordéon de Gérard Marty à Castelnaudary, un virtuose du piano à bretelles qui a une sacrée
réputation dans le Lauraguais. Hiver comme été, le trajet en mobylette tous les jeudis ne lui fait pas peur et Guy progresse à pas de géant, tant qu’à 17 ans il commence à tourner dans les bals de village, puis il fera ses débuts dans l’orchestre Claude Guy, avec qui il s’associera par la suite. Sa carrière est bien lancée et c’est en 1971 qu’il va créer son propre orchestre qui rayonnera tous les week-ends dans l’Aude, les départements limitrophes et une grande partie du Sud-Ouest. En semaine, il est comptable au Cabinet Severac de Carcassonne.
En 1981 Guy joue l’accordéoniste dans « Les Saltimbanques », un film tourné par Maurice Failevic à Pradelles Cabardès. Il côtoie ainsi Pierre Maguelon et le père de Claude Nougaro, une expérience riche et inoubliable !
C’est bien sur dans un bal qu’il rencontrera Aude. Celle-ci épousera l’homme, mais aussi sa passion. Elle apprend le chant, l’accordéon mais c’est surtout auprès de son mari quelle exercera tout son talent. Elle interviendra à la radio sur Cité 101 et fréquence Cabardès et créera le bal à Aude qui verra danser des milliers de couples entre 2000 et 2017. Quels sont dans notre région les danseurs ou danseuses qui n’ont pas virevolté sur la piste de danse grâce à eux ?
Guy Lacroux a depuis longtemps abandonné la comptabilité pour se consacrer au bal musette, en tant qu’intermittent du spectacle. Son agenda était plein jusqu’ à la fin de l’année. Le Covid 19 est arrivé et il a du ranger son accordéon. Depuis le déconfinement il ne l’a ressorti que le 14 juillet à l’occasion du bal musette de la place Carnot, et à Trèbes pour une animation au bord du Canal.
Souhaitons des jours meilleurs à notre compatriote, afin qu’il puisse nous faire danser à Rustiques comme c’était prévu le 20 juin dernier.

La musique et le chant, c'est la passion de ce couple qui s'est installé à Rustiques il y a un an.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'école du village, d'hier à aujourd'hui...

 Dans quelques jours ce sera la soixantième rentrée au groupe scolaire Jaccques Hudelle de Rustiques. Une occasion de se plonger dans l’his...