jeudi 18 juillet 2019

Didier Didier d'Aragon nouveau leader de la pétanque

Il faisait bon sous les ombrages du parc quand a débuté le 3 ème concours de pétanque comptant pour le Challenge de la Maison du parc : 1 er Dominique vazquez, 2 ème Didier Didier, Gérard Sanchez 4 ème Philippe Pantalé, 5 ème Pilar Andréo, 6 ème Francis Mourlan, Anthony Rabold, 8 ème Faustin Astié, 9 ème Régis Benha, 10 ème Noé Jouet, etc.
Changement au classement général du Challenge de la Maison du parc, Guy Barthès absent à ce 3 ème concours a laissé sa place de leader. 77 joueurs sont classés : 1 er Didier Didier, 2 ème Yannick Astié 7 parties gagnées, 3 ème Guy Barthès, 4 ème Philippe Pantalé, 5 ème Jean-Luc Pollak, 6 ème Danièl Mourlan, 7 ème José Vazquez, Anthony Rabold, 9 ème Noé Jouet tous 6 parties gagnées, 10 ème Gérard Sanchez, 11 ème Faustin Astié, 12 ème Francis Mourlan, 13 ème François Pédrégosa, 14 ème Danielle Crestia, etc. Le classement se fait à la partie gagnée et au goal avérage.
Les concours ont lieu tous les jeudis jusqu’à la fin août, inscriptions jusqu’à 20 H 55 dernier délai. En cas de mauvais temps, le concours est reporté au lendemain vendredi.
Noé Jouet n'hésite pas à se baisser pour mesurer le point


mercredi 17 juillet 2019

Une cagnotte pour venir en aide à Tinus

Voici le message que viens de nous faire parvenir Nicolas Garcia et que nous relayons avec plaisir:

Bonjour à tous ,

J’espère que vous êtes remis des émotions de hier 

On souhaitait vous informer que suite à l’incendie qui s’est produit au camping, où Tinus a perdu la totalité de ces souvenirs ainsi que deux caravanes, nous avons créé une cagnotte leetchi ainsi qu’une cagnotte physique en mairie afin d’apporter à Tinus un soutien financier mais surtout moral en lui montrant que le village est présent pour lui 

Nous mettrons un message sur le panneau d’affichage mais Je vous laisse transmettre l’information 

Elle est déjà en ligne et des participations ont déjà été versés 



Incendie: le jour d'après !

Vers 13 Heures frôlant les antennes,  l'intervention des avions va sauver les maisons situées coté La Pège

Après une grosse journée d'émotions provoquée par l'incendie hier, c'est l'heure de faire le bilan. Fort heureusement aucunes maisons n'ont été touchées et les vignes ont été préservées. L'incendie a été arrêté en bordure du camping et à quelques mètres des lotissements Est du village. Plusieurs maisons ont vu les flammes s'arrêter à quelques mètres dans le secteur de La Pège comme celle de Yeroon Van Damme ou Serge Crauzzo mais aussi au lotissement des oliviers. Si plusieurs personnes ont été incommodées par la fumée qui avait envahi le village, la catastrophe a été évitée grâce à l'intervention des quatre bombardiers d'eau.
Le lendemain au bois du Gris, les fumeroles toujours présentes
La dizaine de camions de pompiers qui stationnaient sur le village ont quittés celui-ci ce mercredi matin après un petit déjeuner pris par les hommes du feu à la Maison du parc. Par contre sont arrivés pour effectuer la surveillance les pompiers des centres d'Espéraza et Belpech. Dans les bois de pins, de nombreuses fumeroles indiquaient que le feu pouvait reprendre à tout moment.
Du coté du télégraphe, le bois de la Pège et le bois du Gris ont été ravagés par les flammes offrant ce matin un spectacle de désolation. Si les flammes ont traversé le bois de pin en face du camping, les arbres ont été préservés car le bois avait été parfaitement nettoyé par le propriétaire. D'ou l'utilité de nettoyer les bois autour de nos habitations. 
Les pompiers de Belvèze et Espéraza ont pris la relève et ont assuré la surveillance ce mercredi . Ils ont trouvé en Kéty leur nouvelle mascotte.



mardi 16 juillet 2019

72 hectares partent en fumée entre Trèbes et Rustiques, les flammes en bordure de notre village

Cet important incendie a débuté hier vers 11 H 30 à Trèbes sur la D 301 entre Trèbes et laure et poussé par le vent celui-ci s’est dirigé rapidement vers notre village, après avoir frôlé les dernières maisons du lotissement de Trèbes .
Le feu a débuté ici vers 11 H 30
La ligne à haute tension a rapidement été coupée privant plusieurs villages dont Rustiques d’électricité. 180 pompiers et de nombreux camions étaient sur place pour lutter contre cet incendie qui ravageait tout sur son passage. 270 personnes ont été évacuées au total sur les deux villages, à Rustiques , tout d’abord la camping de la Commanderie, puis le chemin de la Pège, les lotissements des Oliviers et des Hauts de St jean.
Fort heureusement alors que les flammes léchaient les premières maisons du village quatre canadairs sont intervenus et ont largués à plusieurs reprises pratiquement en bordure des maisons.
Un PC était installé à la Maison du parc où l’on notait la présence des maires de Rustiques et Trèbes, de M. Thirion préfet de l’Aude et de hauts gradés de la gendarmerie et des sapeurs pompiers.
De nombreux habitants qui avaient du quitter leur domicile se reposaient à l’intérieur de la Maison du parc, alors que d’autres regroupés sur la place assistaient à l’évolution de l’incendie qui a été totalement maîtrisé vers 17 H.
Toute la nuit les pompiers étaient sur place assurant une surveillance, et se reposant à tour de rôle à la Maison du parc. Une dizaine de camions étaient stationnés sur la parking devant le foyer municipal toute la nuit.
Sans l'intervention des canadairs plusieurs maisons du villages auraient brûlées


lundi 15 juillet 2019

Deux ans de prison ferme pour avoir incendié deux caravanes

Article paru ce jour dans les journaux:

Deux ans de prison ferme avec maintien en détention, obligation de soins et d’un suivi socio-judiciaire ; le prévenu devra aussi payer1 000 € d’amende au titre des dommages-matériels et 500 € au titre des dommages économiques au gérant du camping de Rustiques. Il devra également payer 1500 € au titre des dégâts matériels et 500 € au titre des dommages de matériels d’animation au propriétaire des deux caravanes qu’il a incendiées.
Hier, lors de l’audience du tribunal, à Carcassonne, l’homme qui passait en comparution immédiate est donc ressorti comme il était venu : les menottes au poignets.
Incendie inexpliqué: un hangar à l'entrée du village
Les faits qui lui étaient reprochés se sont produits dans la nuit du 6 au 7 juillet dernier à Rustiques. Le gérant du camping s’aperçoit que deux caravanes sont la proie des flammes. Il comprend rapidement qu’il s’agit d’un acte criminel, constat confirmé par les caméras de vidéo-surveillance : elles montrent un homme venant du village, entrant dans le camping et qui en ressort quelques temps plus tard alors que deux caravanes se mettent à brûler. En visionnant les films le maire du village à la surprise de reconnaître l’un de ses employés municipaux, employé depuis quatre ans dans le cadre du remplacement d’un agent en arrêt (identification confirmée par un employé municipal qui lui a reconnu son collègue). L’incendiaire est alors appréhendé et entendu par les gendarmes. Hier il a tenté d’expliquer son geste non sans avoir dit qu’il regrettait ce qu’il avait commis : « je mets ça sur le compte de l’alcool. Je ne savais plus ce que je faisais. Je montais un porte-moto, j’avais besoin d’une roue de jockey (NDLR : roue avant de caravane, alors je suis allé au camping pour en chercher une. » qu’il a oublié en repartant… Le gérant du camping et le propriétaire des caravanes se sont portés parties civiles. Celui-ci a témoigné en larmes, déplorant la perte de 40 ans de souvenirs, de jeux pour enfants, de maquillages de clowns qu’il entreposait dans ces caravanes : « Moralement, les dommages sont incalculables », a t’il dit à la présidente. « Le pire c’est que parfois mes enfants dorment à l’intérieur quand ils viennent en vacances ici ».
Le procureur a requis deux ans ferme et obligation de soins faisant référence au rapport du psychiatre qui parle de pyromanie compulsive. L’avocate de la défense a rappelé que « le prévenu savait que les caravanes étaient vides sinon il n’aurait jamais mis le feu »
Trois autre incendies criminels inexpliqués en trois ans sur le village. Y a t'il un rapport avec cette affaire ? L'enquête le dira !





samedi 13 juillet 2019

1939: La municipalité vient en aide aux réfugiés espagnols

En consultant les archives de la commune et en particulier les délibérations du conseil municipal, on retrouve ce qu'était la vie à Rustiques autrefois.
23-07-1939 : M. le maire met sous les yeux du conseil une facture de M. Campet forgeron s'élevant à la somme de 230 fr montant des réparations effectuées au pressoir communal.
1950: Le village vu du domaine de ST Jean
10-09-1939 : M. le maire expose que la commune doit recevoir des réfugiés des régions frontières et que l'on doit dans la mesure du possible venir en aide à ces malheureux qui ont abandonné leurs foyers et leurs biens. Il faudra à leur arrivée leur fournir les objets de première nécessité tels que tables, chaises, ustensiles de cuisine. Il demande que les fonds votés pour la fête du 11 novembre soient destinés à l'achat des objets de 1 ère nécessité destinés aux réfugiés.
07-12-1939 : Monsieur le maire propose d'envoyer à Noël un colis à tous les mobilisés de la commune étant dans la zone des armées.
20-01-1940 : M ; le maire expose que suite au décès de M. Fargues curé de Rustiques de ce fait le bail qui avait été conclu entre la commune et le défunt se trouve résilié. Il propose de réserver la location à plus tard, cette maison pouvant servir de logement aux réfugiés.
22-11-1940 : M. le président expose ensuite que les salaires des employés communaux ont subi une augmentation de 11 % à partir du mois d'avril (comme les salaires des ouvriers agricoles auxquels ils sont assimilés) et que cette augmentation est prise au budget additionnel.
Le village tel qu'il était en 1940
M. Le président donne ensuite lecture de l'appel fait par le Maréchal Pétain, pour les secours d'hiver aux prisonniers, réfugiés, chômeurs, et qu'il importe de voter une somme pour aider à soulager les souffrances de ceux qui auront à subir, les rigueurs de l'hiver. Le conseil vote une somme de 200 francs.
25-01-1941 : M. le maire expose que les employés communaux ont par rapport aux événements actuels un surcroît de travail et qu'une légère augmentation de salaire s'impose.. M ; le maire attire l'attention du conseil sur les ennuis de la gérante de la cabine téléphonique obligée de se lever souvent la nuit pour transmettre les dépêches officielles, sur le surcroît de travail du tambour afficheur à qui l'on a imposé le nettoyage des caniveaux du village, du cantonnier communal à qui en plus de la réfection des chemins vicinaux doit effectuer l'entretien du cimetière.
En 1940 le conseil municipal logera les réfugiés espagnols au prebytère





vendredi 12 juillet 2019

Le retaurant du camping est ouvert

Photo archives


Comme tous les ans le restaurant du camping de la Commanderie est ouvert depuis le 1 er juillet pour tout l’été et tous les soirs.
Il fait le bonheur des touristes qui ont rempli le camping, mais aussi des autochtones qui viennent passer un agréable moment à la fraîche, tout en dégustant d’excellentes salades.
Guy le maître des lieux a embauché de jeunes et jolies rustiquoises qui vous serviront sur les tables extérieures où à l’intérieur en cas de mauvais temps. 
 

Didier Didier d'Aragon nouveau leader de la pétanque

Il faisait bon sous les ombrages du parc quand a débuté le 3 ème concours de pétanque comptant pour le Challenge de la Maison du parc : 1 e...