lundi 26 août 2019

Ordures ménagères, décharges... C'était comment avant ?

Barthélémy Sire
En 1930, c’était le garde champêtre qui ramassait les ordures ménagères avec une simple brouette, deux fois par semaine. Seul employé communal à temps plein, il avait en charge le nettoyage des rues, des caniveaux. Il était aussi l’appariteur et remontait régulièrement l’horloge du village. Rustiques avait alors 270 habitants.
La brouette étant devenu trop petite au cours du mandat de jacques Hudelle en 1940 la municipalité a acheté un engin tricycle, d’une contenance de 4 à 5 brouettes que l’employé communal poussait dans les rues. Il allait alors vider les ordures en bordure des maisons au lieu dit le pont d’Agard (aujourd’hui un parking). Il faut dire que les déchets ménagers n’étaient pas très importants : quelques boites de conserves en particulier… Et encore, en ce temps là, les enfants aimaient jouer avec les boites de sardines vides, deux reliées par un fil de fer et c’était un camion remorque, 5 à 6 c’était alors un petit train...
Une ancienne décharge mise à jour
A cette époque là , a l’épicerie de Juliette celle-ci remplissait la bouteille d’huile sous le tonneau et haricots, petits pois et tout le reste se vendaient en vrac. La laitière tout les matins livrait le lait en vrac, en faisant du porte à porte.
Le changement est venu en 1970, quand le premier super marché a ouvert aux quatre chemins à Carcassonne, bientôt suivi par celui de Trèbes route de Rustiques.
Au village le garde n’en pouvait plus de pousser son tricycle et les ordures s’amoncelaient au pont d’Agard. La municipalité de Francis Mourlan a alors décidé en 1971 d’acheter un dumper, faisant d’une pierre deux coups : une capacité plus grande et surtout un moteur qui permettrait d’aller vider les ordures à 2 Km, tout en évitant de la fatigue à l’employé communal. Il y avait chemin de la Pège de nombreux trous, c’étaient les anciennes carrières de pierres qui pendant des siècles avaient servi à construire le village. En attendant que soit créé le ramassage intercommunal plusieurs ont été ainsi remplies puis recouvertes de terre arable et enfin plantées de pins dans les années 1990.
Aujourd’hui c’est l’agglo qui collecte les ordures deux fois par semaine. Les rustiquois sont très sensibilisés au tri et au recyclage des déchets et les containers disposés aux quatre coins du village se remplissent à une vitesse incroyable.
Si Barthélémy Sire qui poussait la brouette municipale dans les rues en 1930 revenait, il n’en croirait pas ses yeux !
1973: Le garde champêtre Jacques Gorce est motorisé et va vider les ordures ménagères dans les anciennes carrières de la Pège



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sécurité et police à l'ordre du jour à l'école

L’ADATEEP ( Association Départementale pour le Transport des Elèves de l'Enseignement Public) est intervenue à l’école de Rustiques pour...